logo
kontakt / impresszum / honlaptérkép
konferencia-felhívás (főleg franciásoknak)Új hozzászólás | Hozzászólások fordított időrendben
 
2008. 06. 17 20:46
oldalanként találatot jelenítsen meg
 
Lőrinszky Ildikó2008. 06. 17 20:46válasz erre | #0

 LA TRADUCTION DANS LES CULTURES PLURILINGUES

APPEL À CONTRIBUTION

 

Date limite : 31 octobre 2008

Appel à communications

 

La traduction dans les cultures plurilingues

 

L’équipe de recherche sur la traduction et l’unité de recherche « Relations littéraires et identités post/nationales » de la K.U.Leuven organisent un colloque international intitulé « La traduction dans les cultures plurilingues » les 20, 21 et 22 mai 2009 à Leuven, Belgique.

 

La prise de conscience récente du caractère plurilingue des cultures anciennes et contemporaines incite à revenir sur les découpages disciplinaires traditionnellement fondés sur la langue. Ainsi, la pratique complexe appelée ‘littérature’ ne peut plus être appréhendée à part entière (aurait-elle jamais dû l’être ?) moyennant ce critère, le cas échéant assorti d’autres critères comme l’espace ou la nation. À côté des traces laissées par les constructions nationales dans la description d’espaces plurilingues comme le Canada, la Belgique, les Caraïbes, la Suisse, l’Espagne etc., il convient d’examiner les procédures d’occultation de la diversité au sein de cultures dites monolingues, ainsi que les formatages artificiels ou fallacieux que des institutions comme la Francophonie ou le Commonwealth ont pu imposer aux littératures régionales, urbaines, îliennes ou autres.

 

La mise en cause des repères linguistiques, spatiaux ou nationaux grâce auxquels se constituent et se distinguent les littératures oblige tout naturellement à reconsidérer la nature des relations qui nouent les littératures entre elles : comment remplacer les distinctions familières entre ‘source’ et ‘cible’ ou entre ‘importation’ et ‘exportation’ ? Comment décrire, corrélativement, les relations multilatérales complexes entre des littératures majeures et mineures qui partagent le même espace ou entre des littératures mineures qui relèvent d’espaces distincts ? Est-ce que les études de traduction offrent des concepts et des méthodes aptes à analyser les nouvelles cartographies littéraires, à repenser les relations littéraires dans des cultures plurilingues où les notions de frontière (linguistique) et d’espace (national) sont aujourd’hui mises à mal ? Peuvent-elles, veulent-elles, dépasser des distinctions sur lesquelles elles ont en partie édifié leur raison d’être ? Il s’agira dès lors de rendre explicites des présupposés traductologiques, mais également des choix de corpus de traductions, voire d’un métalangage traductologique fondé sur un binarisme inadéquat. Ainsi, la notion même de ‘traduction’, s’adjoignant l’épithète ‘culturelle’, cherche à étendre sa signification au-delà de sa portée intertextuelle et interlinguale. Faut-il, pour autant, et par analogie avec des traductions inter- et intralinguales (Jakobson), distinguer des traductions inter- et intraculturelles ? Et comment celles-ci se distinguent-elles d’autres opérations de ‘transfert culturel’ ?

 

Le colloque s’ouvre à l’ensemble de ces questions historiographiques et traductologiques, abordées de préférence à partir d’études de cas concrets puisés dans des littératures européennes et non-européennes. Il focalisera plus précisément la période qui va de la naissance des idéologies monolingues au 19e siècle à leur mise en cause radicale au cours du 20e siècle.

 

La réflexion pourra privilégier les axes suivants :

 

· L’articulation conceptuelle et méthodologique des différents « niveaux » de la traduction culturelle : discursif, institutionnel, intraculturel et interculturel, etc.

 

· Les défis que pose la notion de traduction intraculturelle aux histoires nationales des littératures.

 

· La comparaison des formes et fonctions des traductions produites au sein de pratiques comme l’histoire, la philosophie et la littérature, en particulier au 19e siècle européen, lorsque les jeunes cultures émergentes ont un recours massif aux traductions.

 

· L’interaction entre les instances de traduction qui assument des rôles de médiateurs interculturels : traducteurs, éditeurs, revues, etc.

 

· Les ‘tactiques’ déployées par les traductions, lorsqu’elles se produisent dans des espaces à fort coefficient ethnique ou politique, comme en Europe l’Irlande (anglais, gaélique) ou l’Espagne (castillan, catalan, basque), ainsi que dans la plupart des espaces colonisés ou anciennement colonisés.

 

· La cartographie des réseaux de traductions (éditeurs, genres, traducteurs) couvrant des cultures qui partagent la même langue : ainsi, la Belgique, la Suisse, le Québec, la France, à côté de l’Autriche et l’Allemagne, etc.

 

Les propositions de communication (de 300 mots environ, en français ou en anglais) ainsi qu’un bref CV devront parvenir aux organisateurs avant le 31 octobre 2008. Les communications et les discussions se tiendront en français et en anglais.

 

Reine Meylaerts (Reine.Meylaerts@arts.kuleuven.be)

Lieven D’hulst (Lieven.Dhulst@kuleuven-kortrijk.be)

Francis Mus (Francis.Mus@arts.kuleuven.be)

Karen Vandemeulebroucke (Karen.Vandemeulebroucke@kuleuven-kortrijk.be)

 

Blijde-Inkomststraat 21

3000 Leuven

Belgique

 


Responsable : Reine Meylaerts

Adresse : Blijde Inkomststraat 21 B-3000 Leuven
 
 

FÓRUM
könyv forditás- kiadás
terstwend | 2017. 12. 06